Actualités Nationales

1er Mars 2017 : CP - Soutien au préfet Delpuech ! 

Forces Laïques apporte son soutien à Monsieur Michel Delpuech, nouveau préfet d’Île de France, qui a déploré dans une interview télévisée l’existence d’un lien entre l’Islam radical et le comité contre l’islamophobie en France (CCIF). «Attention à ce que dit le collectif contre l'islamophobie de ce point de vue. Il alimente les rangs de Daesh quand il fait cela ».

Forces Laïques (FL) est un réseau de citoyennes et de citoyens et d’associations de promotion et de défense de la laïcité. À ce titre, FL s’inquiète qu’un « comité » proche de l’idéologie des Frères musulmans tente de créer une scission entre nos concitoyens français de confession musulmane et le reste de la population afin de les empêcher d’intégrer pleinement la collectivité républicaine nationale.

Le CCIF, pointé du doigt par le préfet Michel Delpuech, n’a jamais reconnu que les terroristes qui ont frappé aveuglément notre République ces dernières années se réclamaient tous de l’Islam radical. Au contraire, le CCIF n’a donné que des explications sociétales aux motivations criminelles de ceux qui ont tué froidement et aveuglément plusieurs dizaines de personnes, enfants, jeunes, adultes ou aînés. Le CCIF a même poussé plus loin son raisonnement, niant la motivation religieuse intégriste des terroristes, en déclarant dans son rapport d’activité de 2015 : « les terroristes sont eux, bel et bien, des produits de notre pays, des enfants de la République. »

Le site gouvernemental stop-djihadisme  nous met en garde contre ce que l’idéologie affichée du CCIF peut générer chez des personnes tombant sous l’emprise des recruteurs de l’Islam radical et qu’il nomme les « radicalisés identitaires ». Les « radicalisés identitaires » sont, selon ce site, des personnes qui se sentent exclues ou humiliées et qui font de leur identité un refuge autant qu’une solution à leur problèmes. Leur radicalisation est lente et la dimension religieuse de celle-ci n’est que partielle.

 

Le stratagème utilisé par le CCIF pour désigner notre République responsable des actes terroristes n’est pas acceptable. C’est pourquoi, Forces Laïques exprime son plein soutien aux propos du préfet Michel Delpuech. Il est en effet contraire aux principes de notre République une et indivisible de tenter d’extraire de la collectivité française les seuls croyants musulmans afin de les fondre dans une hypothétique « communauté musulmane » dont le califat autoproclamé de DAESH serait l’épicentre.

 

  http://tlm.tv/replay/actus-societe/face-a-face#content

 

  http://www.islamophobie.net/articles/2015/05/05/rapport-annuel-2015-ccif

 

  http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/radicalisation/explication-du-phenomene/radicalisation-djihadiste-quest-ce-que-cest

23 février 2017 : CP - Terra Nova réclame de nouveaux jours fériés religieux !

 

 

Le rapport de Terra Nova fait état d’une analyse et d’une proposition tout à fait aberrantes pour un Etat Laïque. Accentuant sa réflexion dans une vision communautariste de la société, dont la principale variable serait la religion, Terra Nova propose la création de nouveaux jours fériés religieux, un musulman et un juif, à la place de deux jours fériés actuels.

La République est laïque, à ce titre, elle ne reconnait aucun culte, aussi, il nous semble que, si une avancée devait être faite en termes de jours fériés, cela devrait être dans le sens d’une sécularisation plus grande de ceux-ci, plutôt que dans une nouvelle reconnaissance cultuelle !

Terra Nova montre là sa volonté de détricoter la laïcité pour nous proposer un modèle social basé sur le communautarisme à l’anglo-saxonne, dont aucun Français ne veut.

Nous dénonçons vivement cette proposition anticonstitutionnelle et démagogique à quelques semaines des élections, qui ne trompe personne.

Nous rappelons que les candidats, peu prompts à s’emparer de la question des atteintes quotidiennes à la laïcité, devraient se faire un devoir de proposer sa consolidation plutôt que de chercher par quels moyens la contourner, que ce soit pour séduire les identitaires d’une droite catholique aux identitaires d’un islam politique dangereux !

A ce titre, Forces Laïques leur demande d’éclaircir leurs propositions sur l’égalité femmes-hommes, l’école et la laïcité, et salue les questions posées cette semaine dans Charlie Hebdo.

18 février 2017 : Courrier à l'AMF

Laurence Marchand-Taillade a saisi ce jour François Baroin, président de l'AMF, afin de le sensibiliser aux conséquences de la présence récurrente des frères Ramadan sur notre territoire.

Elle lui a proposé une action d'information généralisée des élus locaux afin de prévenir toute tentation, des associations se réclament d'un islam politique local, d'inviter à nouveau ces prédicateurs.

Le courrier est reproduit ci-dessous en téléchargement libre.

Courrier François Baroin, AMF
Baroin_AMF_20170218.pdf
Document Adobe Acrobat [329.1 KB]

20 janvier 2017 : Primaires de la Gauche : l’heure du choix a sonné

 

Comme ce fut le cas pour les primaires de la droite, nous avons décidé de vous donner un éclairage, orienté vers notre principale préoccupation : le respect de la République et de ses principes.

Manuel Valls : Le plus régulier

Manuel Valls n’a jamais changé de discours sur les valeurs qu’il porte : Il revendique une laïcité non adjectivée, fermement appliquée et ne souffrant aucun arrangement. Dans l’épisode qui nous a opposés à JL Bianco, il n’a jamais mâché ses mots, quitte à s’opposer frontalement à l’Elysée sur cette question.

Dans la lutte contre l’Islam politique, et tous les intégrismes en général, il a toujours été très clair tant dans ses déclarations que dans ses tribunes. Informé par nos soins du congrès de l’UOIF à Lille et de la dangerosité des prédicateurs présents, il a agi immédiatement pour les faire interdire.

Il « propose une charte de la laïcité, adossée à la Constitution, rappelant les grands principes », tout en rappelant que les enseignants doivent y être mieux formés.

 

François de Rugy : Le nouveau venu

Il dit vouloir "garantir" la laïcité. "Une laïcité qui n’a pas à être qualifiée : la laïcité, c’est le libre arbitre garanti à chacune et à chacun, c’est la stricte neutralité de l’État et de ses services publics – ce qui ne signifie pas l’absence de dialogue avec les représentants des religions, mais ce qui signifie que, dans chaque membre de la communauté nationale, la République ne reconnait que des citoyens."

 Il promet de "définir, lancer une grande initiative nationale autour du partage des valeurs d’égalité entre les sexes, de la laïcité et de l’altérité (...) Les citoyens ne sont pas identiques, sont porteurs, chacun, d’identités multiples, de systèmes de valeur qui leur sont propres, mais les citoyens sont égaux et la fonction de l’État doit être de fournir à chacun le cadre adapté à l’exercice de sa liberté individuelle."

Il se prononce pour le légaliser l’euthanasie et le suicide médicalement assisté par le biais  d’un référendum.

 

Arnaud Montebourg : l’anguille

Défendant une « laïcité inclusive. », le programme de ce candidat ne parle pas beaucoup de cette thématique qui semble le gêner.

Concernant le voile à l’université, et le burkini, il ne souhaite pas légiférer sur cette question, qui est pourtant centrale dans la défense de l’égalité hommes-femmes et de l’emprisonnement du corps des femmes comme étendard politique, symbole hautement important dans la lutte contre la montée de dérives intégristes.

 

Benoît Hamon : l’accommodeur

Dénonçant « cette laïcité utilisée comme un glaive contre une seule religion », il revendique une laïcité « sans excès » dont la « la diversité est une richesse ».

Lors de sa prise de fonction au ministère de l’éducation nationale, Benoît Hamon a renié les engagements pris par son prédécesseur : Le terme « enseignement laïque de la morale » a été transformé en « enseignement civique et moral », il a reçu les mères accompagnatrices voilées, pour ensuite aller dans leur sens lors de plusieurs déclarations dans les médias. **

Dernièrement, suite à la diffusion du documentaire de France 2, suivant Nadia Remadna dans un café dont on lui a refusé l’accès, il relativise l’événement, jugeant qu’ «historiquement, dans les cafés ouvriers, il n'y avait pas de femmes», donc ? : On ne fait rien ! En effet, il poursuit en déclarant qu’il ne faut pas «créer des guerres tout le temps*. Oui il y a des problèmes, mais ce n'est pas en jetant l'opprobre systématiquement qu'on arrivera à les résoudre» …

Se prononce pour le droit de mourir dans la dignité – Contre l’interdiction du voile à l’université et du burkini.

 

Sylvia Pinel : La timide

Propose une mission interministérielle pour la laïcité ***, remplaçant l’observatoire de JL Bianco, promesse que les radicaux de gauche avaient obtenue pour rester au gouvernement en 2014, et jamais tenue par F. Hollande.

Interrogée lors du premier débat des primaires, sur la laïcité, elle déclare que cette dernière ne doit pas être une arme contre une seule religion****. Nous aurions aimé qu’elle affiche sa fermeté face à l’islam politique dont elle ne dit mot.

Elle se prononce pour la reconnaissance du droit de mourir dans la dignité et la PMA pour toutes.

 

Vincent Peillon : La girouette

Auteur de la charte de la laïcité à l’école et du retour de l’enseignement de la morale laïque, ses convictions semblent tourner, s’opposant frontalement à M. Valls sur les arrêts anti-burkini, notamment.

Il a d’ailleurs gravement dérapé, début janvier, comparant l’anti-sémitisme à l’islamophobie, ce qui avait provoqué l’indignation de l’ensemble des laïques de terrain.

Fustigeant violemment ceux qui prônent une laïcité «  à géométrie variable », il se dit défendre « une idée humaniste de la laïcité républicaine qui est celle de 1905. » qui «  garantit la liberté de conscience, celle de croire ou de ne pas croire, et l’égalité de tous par deux principes : celui de la séparation des Eglises et de l’Etat ; celui de la neutralité de l’Etat. » Pour lui, elle « est donc une valeur d’émancipation pour chacune et chacun, et non un instrument de domination à l’égard de certaines catégories de la population. » Pour lui,  la laïcité est utilisée pour attaquer «un certain nombre d'identités historiques et culturelles» et notamment les musulmans. Il reprend, selon Céline Pina, les éléments de langage des pires intégristes*.

Il propose de légaliser l’aide médicale à mourir. Contre l’interdiction du voile à l’université et du burkini.

 

Jean-Luc Bennahmias : Le clown sympathique

Il écrit, dans son programme, qu’« il faut reconstruire le vivre ensemble, qui permet à chacun de donner un sens à sa vie. » Il propose une application stricte de la loi de 1905, « dans les termes mêmes de cette loi, (…) favorisant le dialogue dans la société. » Rempart contre la communautarisation de la société française, il estime que la laïcité a permis «  l’intégration de la majorité des enfants et petits-enfants de l’immigration du Maghreb, qui se déclarent aujourd’hui laïques, faut-il le rappeler ? » Il déclare que la laïcité « nous a évité de sombrer dans le piège tendu par les islamistes d’une guerre entre communautés. »

 

*http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/12/19/31001-20161219ARTFIG00194-primaire-a-gauche-et-laicite-le-coup-de-gueule-de-celine-pina-contre-hamon-et-peillon.php

** http://www.laicite-republique.org/+-benoit-hamon-+.html

***http://www.20minutes.fr/politique/1998711-20170119-primaire-gauche-pma-laicite-fin-vie-proposent-candidats-sujets-societe

****http://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/sylvia-pinel-%C2%ABcertains-se-servent-de-la-la%C3%AFcit%C3%A9-comme-alibi-pour-stigmatiser-une-seule-religion%C2%BB/vi-AAlOufS?refvid=BBxRbFR

 

21 décembre 2016 : Graves dérives dans un collège de Toulon

 Forces Laïques a saisi ce jour la Ministre de l'Education Nationale ainsi que la ministre chargée du droit des femmes et de la santé, concernant de graves dérives dans un collège de Toulon. 

En effet, l’association en charge d’intervenir, agréée par l’IEN et l’ARS, vient d’être sommée de modifier son programme d’intervention, lui-même conforme aux directives de l'éducation nationale, pour supprimer des modules « afin de ne pas choquer » les jeunes adolescents. L’infirmière scolaire, dans un mail dont j’ai eu connaissance, demande que soient retirées les questions abordant le viol, la prostitution, le clitoris, la pornographie, le stérilet, le préservatif féminin, les implants, l’avortement ainsi que la diffusion d'images et la démonstration d’utilisation du préservatif avec un sexe masculin en plastique.

Il s’agit en fait de se soumettre aux requêtes religieuses d’une partie des élèves, « un public jeune et multiculturel » (des classes de troisième), comme l’écrit cette personne, qui n’a manifestement jamais entendu parler de laïcité dans son établissement scolaire.

Le courrier est reproduit ci-dessous in extenso

Courrier à Madame La Ministre de l'éducation nationale
AFL_20161221.pdf
Document Adobe Acrobat [467.3 KB]

25 Novembre 2016 : Deux finalistes à droite, la laïcité au centre

Forces Laïques a lancé une consultation des 7 candidats sur le départ, début octobre. A la veille du second tour, une mise au point semble incontournable pour éclairer les Français sur les projets de ces présidentiables.

 

Malgré de multiples relances, aucun n’a répondu sur le fond. Cet exercice de transparence est pourtant une exigence que doit s'imposer toute personne aspirant à exercer des fonctions politiques, eu égard aux demandes récurrentes des électeurs à ce sujet. Nous le regrettons.

 

Nous avons donc glané quelques éléments, suite aux interventions et interviews qu’ils ont données, afin d’éclairer nos abonnés sur les projets portés quant à la Laïcité et à la lutte contre le fondamentalisme.

 

Alain JUPPE Propose un code de la laïcité incluant des principes d’égalité hommes/femmes, quand des lois existantes ne sont pas appliquées, ce qui revient, pour Laurence Marchand-Taillade, «  à ringardiser la loi de 1905, alors que c'est justement cette dernière qui devrait être confortée et appliquée à la lettre».

Il propose, aussi, un délit d’entrave à la laïcité dans les services publics, « quand il suffirait juste de rappeler leurs obligations contractuelles aux fonctionnaires et affiliés qui remplissent une délégation de service public », rappelle La présidente de Forces Laïques.

Il reçoit régulièrement l’ensemble des représentants religieux à la mairie de Bordeaux, ce qu’il souhaite poursuivre, sur le plan national, par un conseil national des cultes … Il déclare vouloir s’appuyer sur la base de baux emphytéotiques pour le financement de la construction de lieux de culte. Tout ceci, n’allant pas vraiment dans le sens de la loi de 1905, art.2 « la République ne reconnaît, ne subventionne, ni ne salarie aucun culte », même si le conseil d’Etat a validé cette pratique en 2011 …

Par ailleurs, il préconise les prêches en français, la transparence des financements des lieux de culte, et la fermeture des mosquées radicales.

Pour mémoire, Monsieur Juppé n'a pas réagi à la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux en mars dernier, comme son porte-parole, Edouard Philippe, le 15 octobre 2016, alors qu'un congrès salafiste se tenait dans sa ville du Havre. Il a pour conseil, concernant les questions de l’Islam,  Tarek Oubrou, Imam controversé de Bordeaux, qui n’a jamais renié son appartenance à l'UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), ni son

admiration pour la doctrine d'Hassan Al bana, le fondateur des FM et grand père de Tariq Ramadan.

 

François FILLON déclare, lors du 1er débat des primaires, vouloir lutter contre l’islamisme par l’interdiction des associations salafistes et des Frères Musulmans (lors du 3è débat, il dit vouloir aussi faire interdire l’UOIF). Il veut faire interdire les financements étrangers (sans ouvrir à des financements publics, considérant que les Musulmans sont assez nombreux pour financer eux-mêmes leurs cultes) et mettre en place un contrôle administratif ferme des associations religieuses musulmanes. Il souhaite créer, en dehors du CFCM, une instance de concertation entre l’Etat et l’Islam en France, ce qui est aussi contraire à la loi de 1905, dans son article 2.

Il est proche des leaders du mouvement la manif pour tous, et s’oppose à la PMA/GPA pour les couples homosexuels et les femmes seules.

 

Nous n’avons, par ailleurs, entendu aucun d’entre eux dans le débat sur les crèches dans les établissements publics, sur la question des lois Falloux/Debré, l’abrogation du concordat en Alsace-Moselle, ni sur l’inscription de la loi de 1905 à la constitution. Nous le déplorons.

 

19 Novembre 2016 : Primaires de la Droite et du centre

Forces Laïques a lancé une consultation des 7 candidats sur le départ.

 

Malgré deux relances, aucun n’a répondu sur le fond. L’équipe de N. Sarkozy s’est contentée de s’excuser de son retard à répondre, sans retourner le formulaire que nous lui avions transmis.

Nous avons donc glané quelques éléments, suite aux interventions et interviews qu’ils ont données, afin d’éclairer nos lecteurs sur les projets portés quant à la Laïcité et à la lutte contre le fondamentalisme.

 

Nicolas SARKOZY :

Avant d’aborder les propositions de ce candidats, il est important de rappeler son parcours : discours du Latran, exposant que l’instituteur ne sera jamais porteur des mêmes valeurs morales que le curé, signatures des accords Kouchner ouvrant la délivrance de diplômes universitaires à l’enseignement catholique, fondation du CFCM avec l’UOIF en son sein, …

Il propose de faire voter une loi supprimant les allocations familiales aux personnes qui portent la Burqa, de faire une loi anti-burkini … Voilà quelques propos démagogues dont la portée est nulle, car ces deux propositions sont inapplicables.

Parmi son entourage, C. Estrosi accompagnait un pèlerinage à Rome,  financé par le contribuable niçois pour le montant de 300.000 €, L. Wauquiez pense répondre positivement à M. Barbarin pour un séjour d’une même type imaginé pour « aider […] à trouver des réponses à propos des décisions qu'ils doivent prendre ».

 

Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET :

 Souhaite rendre le salafisme hors la loi, propose une redevance sur le Hallal, qui est inappropriée car l’Etat ne peut pas prélever un impôt religieux, eu égard à l’art2 de la loi de 1905.

 

Alain JUPPE :

Propose un code de la laïcité incluant des principes d’égalité hommes/femmes, quand des lois existent et qu'elles ne sont pas appliquées, ce qui revient à ringardiser la loi de 1905, alors que c'est justement cette dernière qui devrait être confortée et appliquée à la lettre !

Pour rappel, Monsieur Juppé n'a pas réagi à la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux en mars dernier, comme son porte-parole, Edouard Philippe, le 15 octobre 2016, alors qu'un congrès salafiste se tenait dans sa ville du Havre. Il est ami, il le dit lui-même, avec Tarek Oubrou, Imam controversé de Bordeaux, qui renie aujourd'hui ses liens avec l'UOIF (Union des Organisations Islamiques de France - qui s'inspire directement de la doctrine d'Hassan Al bana, le fondateur des FM et grand père de Tariq Ramadan, invité à la quasi totalité de leurs congrès, quand ce n'est pas son frère, qui pense qu'une femme non voilée ne vaut pas mieux qu'une pièce de deux euros et peut passer de mains en mains !), ce qui s'appelle l'art du taqqia, qu'il maîtrise manifestement à merveille, et dont un certain nombre de ses adeptes l’accusent !

 

François FILLON :

Il déclare, lors du 1er débat des primaires, vouloir lutter contre l’islamisme par l’interdiction des associations salafistes et des Frères Musulmans (lors du 3è débat, il dit vouloir aussi faire interdire l’UOIF). Il veut, aussi, faire interdire les financements étrangers et mettre en place un contrôle administratif ferme des associations religieuses musulmanes.

Il est proche des leaders du mouvement «la manif' pour tous », s’oppose à la PMA/GPA.

 

Jean-François COPE :

Déclare, lors du 1er débat, vouloir mettre fin au financement des mosquées par l’étranger, déplore que le culte musulman ne soit pas organisé et rendre délictueux les propos radicaux (il faudrait qu’il relise l’article 35 de la loi de 1905 pour se rendre compte que ça existe déjà …)

 

Bruno LE MAIRE :

 Selon lui, l’islam politique progresse et ne respecte pas notre culture. Il souhaite durcir la loi contre la burqa et en faire un délit, étendre la loi de 2004 aux universités, mettre fin aux relations politiques avec le Qatar et l’Arabie Saoudite.

 

Jean-Frédéric POISSON :

Il déclare que la loi de 1905 permet la liberté religieuse et son expression, par la neutralité de l’Etat, pour « vivre les uns à côté des autres » … Drôle d’expression. Il pense que les principes islamistes ne sont pas compatibles avec les principes républicains et que l’Etat doit « protéger les Musulmans qui font le ménage, car ils sont menacés ». Il est soutenu par CIVITAS.

 

Nous n’avons, par ailleurs, entendu aucun d’entre eux dans le débat sur les crèches, sur la question des lois Falloux/Debré, sur les dérives des élus sur les financements de construction de lieux de culte.

 

17 novembre 2016 : Pas de voyage des élus à Rome sur fonds publics !

Le cardinal Barbarin propose à 260 élus de la région Rhône-Alpes de rencontrer le pape afin de [les] « aider […] à trouver des réponses à propos des décisions qu'ils doivent prendre ».

Ainsi, une fois de plus, une fois de trop, l’Eglise entend s’immiscer dans les affaires de l’Etat, au mépris de la loi de 1905, que certains élus s’empressent de transgresser pour répondre à cette invitation, sans que l’on ait entendu le président de l’observatoire de la laïcité, JL Bianco s’en offusquer.

Que ces élus se rendent à titre personnel à cette invitation, ce qui ne semble pas être dans les plans du Pape, est une chose, mais ils ne peuvent en faire la publicité, ce qui serait reconnaître faire allégeance à un culte parmi d’autres, ni encore moins disposer de fonds publics pour couvrir les frais engendrés.

Les dérives touchant à la religion, et aux liens que les politiques s’obstinent à entretenir avec leurs représentants, pour des raisons clientélistes, ont assez duré. Un retour au respect de la loi de 1905, à la veille d’une élection qui s’avérera cruciale dans ses enjeux, devient urgent.

 

10 novembre : Commémorations du 14-18, elles doivent garder un caractère neutre !

Saisi par de nombreux citoyens, surpris de voir fleurir des invitations bien surprenantes aux cérémonies du 11 novembre, Forces Laïques, par la voix de ses correspondants locaux, a rappelé à l’ordre les municipalités déviantes.

En effet, celles-ci, au mépris de la loi de 1905, invitent à des cérémonies religieuses les habitants de leurs communes !

Or, relayer sur le site Internet, et par des outils de communication, tel que des courriers adressés aux citoyens et élus, une invitation à une célébration de cet ordre, constitue une infraction à l’article 2 de cette loi : « la République ne reconnaît aucun culte », dès lors que cela donne une reconnaissance à ce culte.

« Il peut y avoir des circonstances exceptionnelles, mais, un retour dans l’histoire démontre que ce n’est pas la meilleure des façons de faire honneur à nos principes », rappelle Laurence Marchand-Taillade, la présidente de cette organisation comprenant 25 antennes locales, rappelant que, « Le 11 novembre 1918, l’archevêque de Paris avait invité Clémenceau, alors président du Conseil, au Te Deum prévu à Notre-Dame de Paris, en hommage à tous les morts de la guerre. Clémenceau avait dissuadé le président de la République, Raymond Poincaré, de s’y rendre, et il répondu par un communiqué officiel qui fera date : «Suite à la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, le gouvernement n’assistera pas au Te Deum donné à Notre-Dame. Mmes Poincaré (femme du président de la République) et Deschanel (femme du président de la Chambre des députés) n’étant pas membres du gouvernement pourront par contre y assister.» »

Nous demandons, par conséquent, aux élus locaux de se conformer à cette règle, par respect pour tous leurs administrés.

 

7 novembre : Non aux crèches dans les établissements publics !

 

Le conseil d’Etat doit rendre son avis mercredi, concernant les crèches dans les établissements publics.

Laurence Marchand-Taillade, présidente de Forces Laïques, rappelle qu’autoriser la présence de tels symboles religieux serait une nouvelle atteinte à la loi de 1905, et notamment à son article 28 prévoyant qu’« Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions ».

Une crèche, parce qu’elle est disposée à la période de Noël et reprend tous les symboles de la nativité est bien évidemment un symbole religieux. Aussi, que le rapporteur évoque le « temps festif lié à la célébration de Noël » pour justifier ces installations est encore plus choquant ! Sa naïveté ne trouve aucune limite lorsqu’il s’agit de spécifier que cette exposition ne pose aucun problème dès lors qu’il ne s’agit pas d’un "geste de reconnaissance d'un culte".

De qui se moque-t-on ?

Valider ces installations serait un nouveau coup de canif dans la loi de 1905, après celui porté en 2011 concernant l’autorisation des baux emphytéotiques afin de faciliter les constructions de lieux de culte sur fonds publics, au mépris complet de l’article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

 Forces Laïques sera très attentif à cet arrêt, qui clarifiera les intentions du conseil d’Etat quant à la loi de 1905.

 

26 octobre : Forces Laïques lance une grande consultation des candidats aux présidentielles

 

L'élection à la Présidence de la République est l'occasion que Forces Laïques a choisie pour interpeller tous les candidats sur les questions de laïcité, au centre des préoccupations des Français, et trop souvent ignorées des politiques.

Cette expérience sera reproduite en 2017, lors des élections législatives.

L'objectif de notre démarche est de faciliter la lecture des programmes proposés par ces différents candidats, à la lumière des décryptages que nous leur apporterons, sur les propositions avancées.

Vous trouverez ci-dessous le courrier que nous adressons ce jour à tous les candidats des primaires de la droite et du centre.

Il sera suivi d'un second envoi aux candidats de la primaire de la gauche, puis d’un troisième, aux candidats en lice pour le premier tour de l’élection présidentielle.

Vous aurez la possibilité de consulter ici les réponses obtenues et l'analyse que nous en faisons.

 

Lettre aux candidats à l'élection présidentielle
QUESTIONNAIRE PRESIDENTIELLES.pdf
Document Adobe Acrobat [429.5 KB]

    

14 octobre : E. Philippe dit oui aux salafistes au Havre !

Laurence Marchand-Taillade, présidente de Forces Laïques s’adresse à E. Philippe dans une lettre ouverte.

Vous en trouverez l’intégralité reproduite ci-dessous.

---

Lettre ouverte : Réunion Islamiste dans une salle municipale au Havre

Monsieur le Maire,

Cet après-midi, l’association Le Havre du savoir réunira, dans une salle allouée par votre commune, des prédicateurs connus, par tous les experts, pour la dangerosité de leurs discours, et qui multiplient les provocations à nos valeurs. Nous vous en informions, dans une lettre datée du 23 septembre, que vous avez décidé de laisser sans suite.

Par exemple, Hassan Iquioussen, que l’on peut voir dans de nombreuses vidéos nier  le génocide arménien, ou la véracité des attentats, militer pour une loi interdisant le blasphème dans notre pays, justifie le meurtre des traîtres à la religion  musulmane. Enfin, » Il ne peut plus faire ses prières dans aucune mosquée à Denain, Lourches ou Escaudain, dont il était recteur et imam, avant que la communauté des fidèles ne découvre sa dangerosité et ne le remercie avec courage », comme le déclare Mohamed Louizi (auteur de « pourquoi j’ai quitté les frères musulmans », chez Michalon). Ce courage dont il va vous falloir faire preuve aujourd’hui pour lui faire face, ainsi qu’à ses comparses.

Car, en effet, il ne sera pas seul. A ses côtés, Ben Mansour, membre éminent fondateur de l’UOIF. Ce dernier diffuse une propagande de l’Islam politique dans les Mosquées de France. Il milite également pour la mise en place de la Loi islamique, la Charia. Dans une conférence donnée à la Mosquée des Étangs d’Aulnay-sous-Bois, il expliquait à ses Fidèles Musulmans : « heureusement que les Musulmans veulent appliquer la Charia ! Les français sont en retard de quinze siècles sur l’Islam ! » 

Mohamed Bajrafil, Imam d’Ivry, lui, rend hommage à Youssef Al Qaradawi à de nombreuses reprises. En 2012, il déclare que « c’est un humaniste convaincu ». (celui-ci, recherché par Interpol, est accusé d’incitation au meurtre, de vandalisme, de violence et de vol. C’est aussi le théologien de référence des Frères musulmans) Amar Lasfar est président de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), organisation réputée proche de l’idéologique des Frères Musulmans. Bachar El Sayadi, en  est le Délégué Régional – Ouest. Le site de cette organisation fait référence à Sayyid Qutb et à Hassan Al Banna, preuve de la proximité de sa pensée, lui aussi, avec les Frères Musulmans.

Quant à Moncef Zenati, il commente, traduit et diffuse les textes du prédicateur fondateur des Frères Musulmans Hassan Al Bannah, et du cheikh antisémite égyptien Youssef Al Qaradawi.

Enfin, Marwan Muhammad, est le président du CCIF, collectif contre l’Islamophobie en France, qui assume sa proximité avec les acteurs controversés comme Al-Kanz ou Baraka City, avec lesquels il signe un communiqué contre les perquisitions en novembre 2015.

Leur objectif, est d’atteindre la domination de notre Etat pas la loi Islamique, projet politique des Frères musulmans (voir l’article d’Isabelle Kersimon dans Le Point du jeudi 21 janvier). Allez-vous les laisser faire ?

Vous ne pouvez-pas ignorer l’idéologie portée par cette association domiciliée au Havre, qui justifie, sur son site, la différence de droits entre les hommes et les femmes, le blanchiment d’argent douteux ou encore assure la promotion du Cheikh Yusuf Al-Qaradawi, entre autres. En effet, vous avez, vous-même, fait interdire, sous nos conseils, leur dernière conférence invitant Hani Ramadan le 1er octobre, le petit fils d’Hassan Al bana (fondateur des Frères musulmans) dont la dernière déclaration connue sur les femmes non-voilées, leur donne la valeur d’une pièce de deux euros : « elles peuvent passer de mains en mains ».

Monsieur le Maire, comment pouvez-vous accepter qu’une salle municipale accueille une réunion ouvertement salafiste, idéologie dont se réclament les terroristes qui ont fait subir cette année effroyable à notre pays ? Même si nous savons que tous les salafistes ne sont pas des terroristes, il s’avère que 100% des terroristes se revendiquaient salafistes. Souhaitez-vous contribuer à répandre cette idéologie anti-républicaine et mortifère dans votre ville ? Est-ce aussi la ligne de conduite de Monsieur Juppé, dont vous êtes le porte-parole officiel, et qui, en mars 2016, malgré une lettre ouverte que je lui avais adressée, avait laissé Tariq Ramadan tenir la tribune à Bordeaux ?

Je  vous demande instamment, au nom de vos administrés, de revenir sur l’attribution de cette salle à des fins de propagande politico-islamiste, qui salirait le Havre et les communes limitrophes dont vous êtes le député, ce qui vous investit d’un devoir suprême de garant de nos principes et des valeurs républicains.

Je vous prie de recevoir mes sentiments les plus cordiaux.

Laurence Marchand-Taillade, Présidente Forces Laïques

22 Septembre 2016 : Forces laïques menace de manifester au Havre

Face à la réaction hésitante du Maire du Havre, et à la tentative de maintien de la venue d'Hani Ramadan, par l'association Havre de savoir, Laurence Marchand-Taillade a envoyé, ce jour, un courriel au Maire, lui indiquant la possibilité de l'organisation d'une contre-manifestation sur le lieu où aurait lieu cette conférence, si rien n'était fait pour l'empêcher.
Veuillez en trouver copie ci-dessous

Courrier au maire du Havre
HaniRamadan_20160922_Maire.pdf
Document Adobe Acrobat [265.1 KB]

14 Septembre 2016 : Forces laïques Saisit le Préfet de Nice

La mairie de Nice maintient l’organisation du voyage des proches des victimes et des rescapés de l'attentat de Nice à Rome, où ils seront reçus par le pape François le 24 septembre, malgré le courrier que Laurence Marchand-Taillade, présidente de Forces Laïques avait adressé au maire.

A la lecture de la réponse reçue (voir ci-joint), nous déplorons que la loi de séparation des Eglises et de l’Etat ne semble pas avoir été bien comprise par les élus de cette municipalité qui s’apprêtent à financer, sur fonds publics, un pèlerinage cultuel, livrant des personnes moralement et physiquement affaiblies à un haut représentant du culte, ce qui pose aussi quelques questions sur le plan éthique.

Aussi, Laurence Marchand-Taillade interpelle le préfet par courriel, ce matin, afin qu’il mette un terme aux dérives constatées par le biais de cette action de terrain. La copie de ce courrier est reproduite ci-dessous.

Les dérives touchant à la religion, et aux liens que les politiques s’obstinent à entretenir avec leurs représentants, pour des raisons clientélistes, ont assez duré. Un retour au respect de la loi de 1905, devient urgent. 

Courrier au préfet des Alpes Maritimes
Victimes de Nice à Rome_20160920_prefet.[...]
Document Adobe Acrobat [271.7 KB]

12 Septembre 2016 : Forces laïques rappelle les élus de Nice à la loi

Selon l’Express, « La mairie de Nice a affrété deux avions et des autocars pour transporter les proches des victimes et les rescapés de l'attentat de Nice à Rome, où ils seront reçus par le pape François le 24 septembre. »

La loi de séparation des Religions et de l’Etat ne semble pas avoir été bien comprise par les élus de cette municipalité qui s’apprêtent à financer, sur fonds publics, un pèlerinage cultuel, livrant des personnes moralement et physiquement affaiblies à un haut représentant du culte, ce qui pose aussi quelques questions sur le plan éthique.

Aussi, Laurence Marchand-Taillade leur demande, par voie de presse et courrier, de bien vouloir revenir à des actions responsables, concernant ces victimes, en plaçant ces fonds de manière utile dans l’aide à ces personnes, qu’elle soit matérielle ou morale, ou dans un investissement massif dans la prévention de la radicalisation, qui touche cette ville. Le courrier, ci-joint, n’a reçu aucune réponse à ce jour.

Les dérives touchant à la religion, et aux liens que les politiques s’obstinent à entretenir avec leurs représentants, pour des raisons clientélistes, ont assez duré. Un retour au respect de la loi de 1905, devient urgent.

 

Laurence Marchand-Taillade

Présidente de l'observatoire de la Laïcité du Val d'Oise – Forces Laïques

   

Courrier Mairie de Nice - 20160912
Victimes de Nice à Rome_20160912.pdf
Document Adobe Acrobat [268.9 KB]

  

REPONSE DE LA MAIRIE DE NICE A NOTRE COURRIER : QUELQUES MISES AU POINT !

Le déplacement que la Ville de Nice envisage de financer sur fonds publics, pour les victimes de l’attentat du 14 juillet à Rome, prend des justifications de la part du Maire, plus qu’inattendues !

En effet selon ce dernier, il s’agirait de répondre à une invitation Personnelle du Pape. Nous nous étonnons que cette invitation, prenne la tournure d’une injonction ! Si celui-ci tient à rencontrer nos victimes, il peut aisément traverser les Alpes et venir à leur rencontre, par ses propres moyens ! La ville n’a aucune obligation de se soumettre ainsi.

Par ailleurs, le soutien et le réconfort aux victimes n’a pas à s’inscrire dans une démarche impliquant des hauts responsables religieux, sous la prescription de l’Etat. Cette démarche doit rester personnelle, et dans le respect des convictions de chacun. Nous sommes, de ce fait, ravis d’apprendre qu’une aide est déjà en place, celle-ci pourrait être confortée par de nouveaux moyens, ou le développement d’outils de lutte contre la radicalisation, fléaux touchant la ville depuis déjà de nombreuses années.

Rencontre privée ou célébration, le caractère religieux vient du but de cette initiative : rencontrer un haut représentant du culte Catholique et non un chef d’Etat !

De plus, Alpes Maritimes Fraternité, qui est évoqué ici, regroupe tous les représentants religieux et est donc un conseil du culte. Dans le cadre de la loi de 1905, ce type d’instance, institutionnalisée par les soins des élus, est une nouvelle entorse à la loi (art. 2, « la République ne reconnaît, ne subventionne, ne salarie, aucun culte ») ! D’ailleurs, la ville d’Argenteuil, qui avait eu une telle initiative en 2012, a été poursuivie par notre association auprès du tribunal de Pontoise, qui avait reconnu cette transgression comme illégale. Nous conseillons donc vivement au conseil départemental des Alpes Maritimes de cesser de réunir ce dernier.

Enfin, la religion des participants n’a pas à être évoquée dans la bouche d’un élu. Il semble étonnant qu’une telle référence puisse être ainsi citée en appuie à cette idée, alors-même que la République reste dans l’ignorance du culte.

Pour finir, penser que le Pape, qui a reproché à la France "d'exagérer la laïcité" dans la Croix, le 17 mai dernier, va défendre le vivre ensemble et les valeurs démocratiques, c’est faire preuve, au pire, d’aveuglement, au moins de naïveté …

Monsieur PRADAL a, semble-t-il, besoin d’une remise à niveau rapide sur la loi de 1905. Nous lui proposons notre aide, par le biais de notre antenne locale, l’OLvo 06 !    

   

Réponse de la Mairie de Nice
Courrier Forces Laïques.pdf
Document Adobe Acrobat [245.2 KB]

28 Août 2016 : L'OLVO saisit Bernard Cazeneuve, au sujet de réunions politiques dans des lieux de culte

Devant la prolifération de réunion à caractère politiques dont nous sommes saisis, Laurence Marchand-Taillade a saisi le préfet du 93 et le ministère de l'Intérieur et des cultes afin que les art. 26 et 35 de la loi de 1905 soit appliqués à chaque fois qu'il y a lieu.

 

Courrier au Préfet du 93
Tremblay_Prefecture_20160828.pdf
Document Adobe Acrobat [363.4 KB]

Comment nous joindre

Forces Laïques - OLVO
Espace Nelson Mandela – 82 boulevard du Général Leclerc

95100 ARGENTEUIL

News Letter - Décembre 2016
20161205.docx.pdf
Document Adobe Acrobat [429.1 KB]

Agenda

18 février 2017 à 19h - Nîmes (30)

Réservations à laicité30@gmail.com

 

6 janvier 2017 à 19h - Dijon (21)

Informations bientôt disponibles - avec l'OLvo21 et Les cercles perspectives

 

9 décembre à 15h - Arras (62)

"Droits des femmes et laïcité" - avec l'UPTA et LibreS MarianneS à 14h30 - Université d’Artois à ARRAS - amphithéâtre Winston Churchill

 

1er décembre à 18h - Bourgoin Jarlieu (69) 

"La laïcité, une actualité en mouvement" avec le comité 1905 et OLvo69

 

26 novembre de 9h à 17h - Mairie de Paris 3è

"La République laïque et sociale en danger" - Inscription obligatoire et gratuite sur laicite.26novembre@gmail.com - Avec OLSD et le CLR

 

14 novembre à 18h - Paris ENS

"La variable musulmane dans le jeu politique"- entrée libre

 

21 Octobre à 19h - Conflans St Honorine (78)

La Laïcité en entreprise - sur insciption à contact@forces-laiques.fr

 

4 octobre 2016 à 18h00 - Nantes (44)

"Emancipation des femmes par la laïcité"  - sur inscription à contact@laicite-republique-paysdeloire.com

 

1er octobre 2016 à 19h00 - Nîmes (30)

Informations bientôt disponibles

 

30 septembre 2016 à 18h00 - Beziers (34)

Informations bientôt disponibles